Loutre d'Europe

              loutre - sylvain richier
Loutre d'Europe
© Sylvain Richier

 

 

Pourquoi un Plan National d'Actions ?

Au début du XXème siècle, la loutre était présente dans toute la France métropolitaine,puis elle connut un déclin important des populations consécutif à une forte progression de la chasse, à laquelle s'ajoutera par la suite la disparition ou la dégradation des zones humides. Suite à sa protection, elle regagne du terrain, mais ce mouvement de recolonisation est lent et fragile, notamment en raison des menaces qui pèsent encore sur l‘espèce (densité humaine plus forte, circulation routière plus importante, davantage de cours d‘eau en mauvais état écologique...) et de son faible taux de reproduction.  

Dans ce contexte, un Plan National d'Actions 2010-2015 a été mis en œuvre pour répondre à ces enjeux.

Plus d'informations : répartition de la loutre en France.

 

 La loutre en Mayenne

L'évolution, en Mayenne, suit la tendance nationale. Des écrits relatent sa présence jusqu'au milieu du XXème siècle. Dès 1950, les effectifs diminuent et le nombre de loutres observées se fait plus rare.

A partir de 1972, la loutre est considérée comme disparue du département. Il faut attendre 1995, pour qu'une première épreinte soit découverte, puis 2004, pour valider sa présence certaine sur le bassin de l'Aron. Dès lors, les acteurs de terrains (naturalistes, ONCFS, gestionnaires...) se mobilisent et de nombreuses prospections sont organisées.

La loutre étant un animal très discret, les recherches se concentrent dans un premier temps autour de lieux stratégiques, tels que les ponts ou les confluences, à la recherche d'épreintes mais également d'empreintes et tout autre indice indiquant sa présence.

Les actions menées par MNE au niveau du département de la Mayenne

  • Aménagement de passages à Loutre : buse sèche et banquette rehaussée

Suite aux sollicitations de MNE, le Conseil Général de la Mayenne, qui souhaitait s'engager dans la préservation de l'espèce, a réalisé deux aménagements d'ouvrages dans un secteur identifié comme le « point noir » pour les collisions de Loutre en Mayenne.

Le premier correspond à une buse sèche. Il a été réalisé en mars 2012 sur la route départementale entre Aron et Grazay. Ce secteur, identifié comme point noir « collision » pour l'espèce, est aujourd'hui aménagé et suivi. A la fin de l'année 2012, le suivi met en évidence l'utilisation du passage par l'espèce, lui évitant ainsi de franchir la chaussée.

Le second aménagement est situé dans le même secteur près de Bais, il s'agit de l'installation d'une banquette rehaussée en bois.
L'hiver, ce cours d'eau connaît une forte montée du niveau de l'eau et un courant puissant, ce qui oblige la loutre à s'extraire du cours d'eau pour franchir l'obstacle par voie terrestre, en traversant la chaussée.

              Aménagement
   © Magali Perrin
  • Convention de partenariat avec la Direction Interdépartementale des Routes de l'Ouest

Dans le cadre de cette convention, il est prévu de diagnostiquer l'ensemble des ouvrages de plus de 2 mètres franchissant les cours d'eau au niveau des routes nationales. L'objectif étant de rendre le réseau le plus transparent possible face aux déplacements de la faune.

  • Mesures compensatoires de la LGV avec le groupe Eiffage Rail Expres

Dans le cadre des travaux liés à la mise en place de la LGV Bretagne - Pays de la Loire, un processus d'échanges a été amorcé pour une meilleure prise en compte de la loutre dans le cadre des travaux d’aménagements et de restauration de leurs réseaux. MNE est d’ores et déjà intervenue dans le cadre de l’Observatoire de l’Environnement de la LGV, en formulant un certain nombre de remarques.

  • Arrêté préfectoral pour l'interdiction des pièges de chasse mortels (catégories 2 et 5)

L'arrêté ministériel du 03/04/2012 interdit l'usage des pièges de catégories 2 et 5 à 250 mètres des cours d'eau puis à 200 mètres (arrêté du 08/07/2013), où  les deux espèces sont présentes. L'arrêté du 13/08/2013 précise les secteurs où la loutre et le castor sont présents en Mayenne (particpation de MNE à la rédaction de cet arrêté).

Par ailleurs, MNE participe aux actions du Plan Régional d'Actions Loutre qui regroupe 26 actions et réalise des prospections chaque année, en partenariat avec l'ONCFS et les acteurs locaux.

 Description de la Loutre

  • Informations générales

La Loutre d'Europe est un mammifère carnivore, discret, dont la morphologie est parfaitement adaptée au milieu aquatique qu'elle fréquente. Elle est dotée d'un corps allongé, ce qui lui donne une silhouette aérodynamique, de 4 pattes palmés et d'une queue musclée lui servant de gouvernail.

Sa taille peut atteindre 1,20 m chez le mâle adulte pour 8 kg (1,05 m pour 6 kg chez une femelle). Son museau, ou rhinarium, est entouré de grandes moustaches : les vibrisses. Leur rôle est exclusivement sensoriel. Elles permettent à la loutre de capter les vibrations produites par les proies et de se repérer facilement sous l'eau.

Son espérance de vie à l'état sauvage dépasse rarement 5 ans.

  • Habitat

La Loutre fréquente une grande diversité de milieux aquatiques, allant des têtes de bassin aux zones littorales en passant par des cours d'eau plus ou moins larges, des eaux plus ou moins saumâtres, des marais, des tourbières, des lacs ou des étangs.

Sur ces vastes territoires, les loutres utilisent de nombreux abris, tels que les catiches, où elles donneront naissance à 1 ou 2 petits par an, les places de ressui, où elles entretiennent avec beaucoup d'attention  leur fourrure et les place de repos, où elles s'arrêtent de longs moments entre les périodes de chasse.

  • Alimentation

La loutre est un animal opportuniste, dont le régime alimentaire varie en fonction des saisons et de la disponibilité du milieu. Ainsi, elle mange essentiellement du poisson et des amphibiens, mais peut également consommer des écrevisses, des reptiles, des petits oiseaux ou des petits mammifères. On dit d'elle qu'elle "épure" les populations d'animaux qu'elle consomme puisqu'elle va préférer chasser un individu plus faible et moins rapide à un individu trop vigoureux, pour lequel il faudra qu'elle dépense d'avantage d'énergie.

  • Reproduction

La loutre a la particularité de mettre bas à n'importe quel moment de l'année. La gestation dure de 58 à 60 jours et donnera naissance de un à trois loutrons, qui resteront avec leur mère 8-9 mois, parfois plus d'un an.

 

Causes de mortalité de la loutre

  • Collisions routières : principale cause de mortalité, consécutive au morcellement des territoires

Les loutres sont amenées, parfois, à traverser des routes pour rejoindre une mare, un étang ou pour  continuer de circuler sur un cours d'eau rendu inaccessible par l'aménagement d'un pont ou d'un barrage.

  • Appauvrissement des milieux et pollution

La canalisation et la pollution des cours d'eau (métaux lourds, pesticides, PCB...), l'assèchement des zones humides et la destruction des berges ont contribué au déclin de la loutre et de sa principale ressource alimentaire : les poissons.

  • Piégeage et tirs

Les loutres ont autrefois beaucoup souffert de la chasse et du piégeage.

 
mayenne droite

Soutenez l'association en devenant adhérent !

je m'inscris